Archives de Tag: politique scientifique

A Bruxelles, le Musée d’art moderne est fermé depuis 4 ans.

COMMUNIQUE de MsM/MzM – 8 février 2015

Le mouvement citoyen Musée sans Musée/Museum zonder Museum existe depuis quatre ans. Il est né de l’indignation suscitée par la mise au placard arbitraire – en février 2011 – des collections d’art moderne et contemporain au sein des Musées royaux des Beaux-Arts à Bruxelles.

Enseignants, artistes, travailleurs de la culture et autres nombreux citoyens et citoyennes jugent cette fermeture insensée et contraire à toutes les missions qui incombent aux MRBAB : la conservation, la présentation et la médiation la plus large des œuvres qui lui ont été confiées.

La fermeture du Musée d’art moderne prive depuis quatre ans tous les publics d’une collection de grande qualité. Nous pensons particulièrement aux jeunes, élèves de l’enseignement obligatoire ou étudiants en arts, contraints de s’en remettre aux institutions muséales provinciales ou étrangères. Situation indigne à l’heure où les institutions culturelles, ici et ailleurs, rivalisent d’inventivité pour mettre leur patrimoine à la portée des publics les plus divers.

MsM/MzM conteste aussi, avec vigueur, la logique récente des « musées pastilles » : Musée Magritte, Musée Fin-de-siècle (appellation désolante). Nous souhaitons que la réintégration envisagée des collections 20e et 21 e siècles dans les salles du Musée s’accompagne de la restauration d’un récit muséal cohérent, pertinent voire audacieux. C’est l’exigence première d’une institution culturelle publique de ne pas inféoder toute sa politique muséale à des visées plus commerciales que scientifiques. Les centres privés d’art contemporain se multiplient à Bruxelles. Cette émergence serait plus positive si elle complétait une offre muséale publique de qualité.

Madame Elke Sleurs est la cinquième personne en charge de la politique scientifique depuis 2011. Ses prédécesseurs n’ont pas dépassé la déclaration d’intention. La Secrétaire d’Etat insiste sur la nécessaire participation des Etablissements scientifiques fédéraux aux efforts d’assainissement budgétaire. Mais pour MSM/MZM, les MRBAB ont surtout un urgent besoin de réinvestissement muséal : gestion des bâtiments, rénovation, modernisation, qualité des services au public, etc.

Les éléments qui filtrent vont, nous semble-t-il, dans le sens de nos préoccupations.

MsM/MzM rappelle ses demandes, inchangées depuis février 2011. Elles concernent essentiellement le Musée d’art moderne, même si ce dossier est loin d’être le seul à être en souffrance aux MRBAB.

  • la réouverture rapide du Musée d’art moderne c’est-à-dire la présentation au public et dans les meilleures conditions muséales, des collections soustraites à son regard depuis 2011.
  • La mise en œuvre rapide d’une solution temporaire de qualité dans l’attente de la réinstallation définitive.
  • Une réflexion de fond – colloque ou consultations – à conduire avec toutes les parties susceptibles d’y contribuer (y compris hors de l’institution) sur les enjeux d’un musée d’art moderne national à Bruxelles. Y associer un travail sur la prospective : poursuite de la logique des « musées dans le Musée » ou mise en oeuvre d’une autre cohérence ?
  • L’information précise et continue de l’opinion publique quant aux évolutions du dossier : une manière de sensibiliser celle-ci aux questions de politique culturelle. Un devoir donc, pour le politique.

Les récents débats autour des restrictions budgétaires dans le champ culturel ont permis de redire combien l’activité culturelle, outre qu’elle génère du sens et du lien – et ce n’est pas un détail dans le contexte actuel – est aussi, par ses retombées, une source puissante d’activité économique. Un musée dont la majeure partie des œuvres se trouve dans les réserves ne peut évidemment pas prétendre à cette dynamique.

Nous plaidons donc pour une solution qui, avant février 2016, soit 5 ans après sa fermeture, rende au Musée d’art moderne la place qui lui est due au sein des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

Pour MSM-MZM,

Les milliers de personnes qui ont signé la pétition remise au ministre P. Magnette le 1er février 2011, celles qui ont participé régulièrement aux manifestations aux Musées et parmi elles de nombreux étudiants en art, celles qui suivent l’actualité du Musée d’art moderne via les blogs de Musée sans Musée et de Museum zonder Museum et via facebook…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Communiqués de MsM, Uncategorized

Chambre des Représentants – 17/12/2014

Monica De Coninck (sp.a): La Belgique se retrouve avec plusieurs orphelins dont la secrétaire d’État Sleurs est la mère et le ministre Reynders, le père, illégitime ou non. Ces deux parents abandonnent leurs enfants. Ils se querellent à propos de leur éducation, sans doute sont-ils hargneux en raison des économies qu’ils doivent réaliser. L’un des deux parents veut réduire l’argent de poche des enfants, l’autre veut le maintien de la pension alimentaire réduite. Les orphelins ne sont pas seuls, ils ont les Régions et Communautés pour oncles et tantes qui leur donnent de temps en temps un peu d’argent. Mais les oncles et les tantes ont eux-mêmes déjà suffisamment d’enfants et ne veulent pas trop se mêler de cette histoire.

Heureusement, les enfants – et je vise par-là bien entendu les établissements culturels et scientifiques – s’en sont bien tirés au cours des dernières décennies. Nombre d’entre eux, comme Bozar, La Monnaie, les Musées royaux d’Art et d’Histoire (MRAH) et les Musées royaux des Beaux-Arts (MRBA) se sont transformés de vilains petits canards en magnifiques cygnes. Ils doivent néanmoins vivre selon leurs moyens et leurs possessions font souvent l’objet de disputes conjugales.

J’appelle la secrétaire d’État et le ministre à prendre l’initiative dans le cadre d’une tactique de négociation confédérale adulte. Pourquoi ne pas organiser une table ronde avec l’ensemble des autorités, des villes et des directeurs des établissements concernés? À défaut, des collections d’art prestigieuses resteront reléguées dans des caves humides.

Le gouvernement bruxellois souhaite loger la collection qui dépérit actuellement dans une cave humide dans un show-room automobile transformé, mais la secrétaire d’État estime que cette collection doit être intégrée dans les bâtiments existants. Actuellement, ceux-ci abritent toutefois le musée Magritte et un musée art déco. En outre, aucun budget n’est disponible pour la transformation des bâtiments situés au Mont des Arts. (NDLR : ce paragraphe contient plusieurs erreurs)

Le ministre Reynders a fait une exception pour Bozar qui devra moins économiser mais pour autant, il n’y pas de quoi se réjouir. Dans une ville internationale comme Bruxelles, ce type d’institution culturelle doit précisément recevoir plus de moyens. Si l’on veut qu’elles soient plus efficaces, il faut y investir davantage. (…)

La secrétaire d’État Sleurs se montre plus sévère encore que le ministre Reynders dans les économies qu’elle impose aux établissements scientifiques fédéraux.

Le dossier de la collaboration est transféré, pour une ouverture prudente, aux Archives du Royaume. La secrétaire d’État Sleurs entend également atteindre la norme ICOM pour les musées. (NDLR : La norme ICOM ?) Elle nourrit donc de grandes ambitions, mais où sont les moyens pour les réaliser?

Plaiderions-nous soudain, nous les socialistes, pour des institutions artistiques élitaires? Pas du tout. La démocratisation et le rajeunissement de l’art et de la culture sont, précisément, l’œuvre des socialistes et des libéraux. L’art et la culture apportent la lumière lorsque les temps se font obscurs. J’espère que nos institutions se verront offrir l’occasion de continuer à s’épanouir.

Nous sommes opposés à ces économies et n’approuvons pas ce budget. (Applaudissements sur les bancs du sp.a)

Fabienne Winckel (PS): Les auditions de la secrétaire d’État en commission ont démontré, comme nous le lisions déjà entre les lignes, qu’en ce qui concerne la culture et la politique scientifique, l’excellence n’a pas sa place au fédéral.

Les contradictions entre les intentions et les mesures concrètes annoncées sont criantes. Première contradiction: le gouvernement pratique la concertation a posteriori en annonçant unilatéralement une réorganisation des salles du Musée Royal des Beaux-Arts sans même en avertir son directeur. Où est la concertation quand la note de politique générale d’un vice-Premier ministre annonce un musée d’art moderne au bâtiment Vanderborght alors que la note de la secrétaire d’État réintègre ce musée rue de la Régence?

Autre contradiction : Mme Sleurs insinue que les précédentes majorités ont suscité la méfiance du secteur. C’est oublier que la politique spatiale internationale a toujours été élaborée dans un cadre soutenu par les industriels du secteur ou que deux musées publics d’envergure internationale sont nés ces dernières années grâce à des partenariats avec le secteur privé. Vos annonces fracassantes, Madame la Secrétaire d’État, ont en revanche déjà suscité une grande méfiance.

Madame la Secrétaire d’État, combien de musées comptez-vous ouvrir et combien de musées comptez-vous fermer?

Troisième contradiction: des restructurations qui coûteront et affaibliront. Sans aucune analyse, vous supprimez unilatéralement le SPPPolitique scientifique, peu importe les certifications ISO 9000 et les économies d’échelle réalisées au bénéfice des établissements scientifiques fédéraux.

Quatrième contradiction: une indépendance scientifique sous tutelle politique. Vous semblez douter de l’indépendance des établissements scientifiques fédéraux mais, dans le même temps vous dites que « vous financerez des projets des établissements scientifiques fédéraux uniquement si ceux-ci sont conformes à l’accord de gouvernement ». Où est l’indépendance avec vous?

Cinquième contradiction: des ambitions volontairement floues. Après vous avoir entendue, il est impossible de comprendre quels sont les objectifs que vous visez réellement. Par exemple, vous dites soutenir la recherche fondamentale, mais en même temps vous supprimez des centaines de postes de chercheurs.

J’en viens à la sixième et dernière contradiction: une communautarisation qui ne dit pas son nom. Chers collègues libéraux, ce que vous avez contribué à construire est aujourd’hui détruit sous vos yeux. (…)

Plus subtil, les établissements scientifiques fédéraux sont isolés les uns des autres, pour faciliter leur communautarisation future. Je ne vois pas d’autre explication à ces mesures d’affaiblissement. Au fond, de la part de la N-VA, c’est compréhensible: l’excellence, quand elle est belge, peut être gênante. (Applaudissements sur les bancs des socialistes)

 

01.33 Elke Sleurs, secrétaire d’État (en néerlandais): S’agissant de la Politique scientifique, nous nourrissons de réelles ambitions bien que nous serons contraints d’aligner les dépenses sur les moyens. Au moment de mon entrée en fonction, j’ai immédiatement interrogé par écrit l’ensemble des établissements scientifiques fédéraux à propos des projets qu’ils jugent prioritaires. La plupart des institutions nous ont déjà répondu et nous vérifierons individuellement avec chacune d’entre elles quelles sont leurs priorités et quels sont les postes pour lesquels une efficacité accrue pourrait permettre la réalisation d’économies.

L’accès du public aux collections est un objectif à long terme.

(…)  Je suis en effet partisane de l’indépendance. Mais je n’ai jamais dit que je voulais supprimer les conseils scientifiques. L’autonomie des établissements peut être renforcée par le biais du crowd funding, du mécénat ou du parrainage médiatique. L’autonomie n’est pas de la communautarisation.

Nous n’allons pas soutenir les administrations mais le personnel. Nous allons nous occuper d’urgence de l’insertion du personnel dans les ESF.

Laurette Onkelinx (PS): En termes de concertation avec les établissements scientifiques, discutez-vous directement avec les responsables ou envoyez-vous un courrier pour demander des informations avant de trancher? Avec la Région de Bruxelles-Capitale, comment et avec qui se déroulent les concertations? Y a-t-il un accord avec la Région?

Elke Sleurs, secrétaire d’État (en français): Comme je l’ai dit en commission, je veux déterminer comment rassembler toutes les collections en un seul lieu. Pour l’instant, 3 000 m2 d’exposition sont libres. Je n’ai pas dit qu’on allait en finir avec la collection du Musée Fin de Siècle.

Laurette Onkelinx (PS): Pouvez-vous revenir sur vos déclarations pour exécuter loyalement l’accord conclu entre le fédéral et la Région?

Elke Sleurs, secrétaire d’État (en néerlandais): Les deux pistes de réflexion seront appréciées sur la base de leurs avantages. Pour l’heure, nous examinons la possibilité de retour de la collection d’art moderne.

 

http://www.lachambre.be/doc/PCRA/pdf/54/ap023.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Interventions politiques, Uncategorized

L. Onkelinx, 4e ministre d’un Musée d’art moderne fermé

Musée sans Musée a écrit à Madame Onkelinx, le 1er octobre 2014

 

Madame la Ministre,

Vous êtes depuis peu et sans doute pour peu de temps encore, chargée de la Politique scientifique.

Vous êtes donc la ministre de tutelle des “musées fédéraux”, parmi lesquels les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

Vous savez qu’au sein des Musées royaux se trouve un Musée d’art moderne fermé. Votre tutelle s’exerce donc sur un musée fermé ; de même, son directeur dirige un musée qu’il a pris l’initiative de fermer.

C’était en février 2011.

Depuis cette date, vous êtes la quatrième ministre en charge de la politique scientifique.

Depuis cette date, le public n’a accès qu’à une maigre sélection d’oeuvres des collections des 20e et 21e siècles.

Depuis trois ans et demi, les élèves et étudiants n’ont d’autres possibilités que de visiter des expositions ou musées onéreux et/ou loin de Bruxelles. Les collections des MRBAB ne seront réalistement pas exposées dans leur ensemble avant 2 ou 3 ans. Enfants et jeunes resteront donc pendant un cycle entier d’étude sans contact sensible avec l’art de ce temps et des décennies précédentes.

Par la fermeture du Musée d’art moderne et l’occultation des collections, les Musées royaux ne remplissent pas leur mission de service public au service des publics. Ils dérogent à leurs missions essentielles de présentation des oeuvres et de leur médiation.

Depuis février 2011, le collectif Musée sans Musée déplore cette situation consternante. Il demande le redéploiement immédiat et permanent de l’art des 20e et 21e siècles, quelles que soient les options futures,
ainsi qu’un large débat avec tous les partenaires concernés.

Musée sans Musée sollicite de votre part, Madame la Ministre, d’affirmer clairement et fermement que les publics sont au centre de vos préoccupations et que l’accessibilité de l’ensemble des collections reste une priorité.

Veuillez croire, Madame la Ministre, à l’assurance de notre considération distinguée.

 

P.S.         Ce courrier et la réponse que vous voudrez bien lui apporter seront communiqués à la presse. Ils seront publiés sur museesansmusee.wordpress.com, sur museumzondermuseum.wordpress.com et sur www.facebook.com/msm.mzm.

 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Communiqués de MsM, Uncategorized