Archives de Catégorie: La Libre

Cinq ans sans musée d’Art moderne… C’est assez!

 

Nous plaidons pour la mise en œuvre d’une solution qui rende rapidement aux collections des XX et XXIes siècles la place qui leur est due au sein des musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. L’attente a assez duré.

Une opinion de Sabine de Ville (présidente de Culture et Démocratie ASBL), Georges Vercheval (directeur honoraire du musée de la Photographie à Charleroi) et Bernard Villers (artiste). 


Cinq ans après la fermeture arbitraire et scandaleuse du musée d’Art moderne, il n’est pas trop tôt pour se mettre enfin à réparer cet outrage à l’intelligence et à la démocratie. Le musée d’Art moderne de Bruxelles est fermé depuis le 1er février 2011 par la seule volonté de son directeur. Confiscation pure et simple du patrimoine ! Cinq ans de relégation en réserves des collections d’art moderne par la décision d’un seul homme sinon d’un homme seul, sans concertation aucune, ni avec le monde de l’art ni avec les responsables politiques concernés.

Le mépris dans lequel est tenu le public, pourtant propriétaire de ce patrimoine, est inacceptable. L’absence d’une solution qui permette de présenter ces collections dans de bonnes conditions l’est tout autant. Nous actons, avec une indignation intacte, le cinquième anniversaire de la disparition des collections d’art moderne pour lesquelles l’architecte Roger Bastin avait conçu, au centre de la capitale, un intéressant projet architectural et un ingénieux puits de lumière.

Nous n’avons pas l’intention de nous taire 

Musée sans musée/Museum zonder museum (MSM/MZM) est né en 2011, dès l’annonce de la fermeture du musée. Ce collectif citoyen réunit des artistes, des enseignant (e) s, des étudiant (e) s et des citoyen (nes) s. Indignés par la fermeture sine die du musée d’Art moderne, nous avons entrepris dès 2011 de protester sous des formes multiples : communiqués, pétition, blogs (1), manifestations et performances dans le hall ou devant le musée. Nous n’avons pas l’intention de nous taire, pas plus en 2016 qu’en 2011 et nous continuons à contester tant l’incroyable décision du directeur de l’institution que l’immobilisme coupable des autorités politiques et administratives.

Contrairement aux déclarations de son directeur, l’art moderne et contemporain a existé et il existe bien en Belgique (2). Les collections des musées royaux des Beaux-Arts de Belgique témoignent d’un pan important de l’histoire de l’art belge et international et les œuvres soustraites à nos regards sont, pour beaucoup, de grande qualité.

Pour une culture commune 

Cinq ans, c’est un cycle d’enseignement primaire ou secondaire ou un cycle d’enseignement supérieur. Les jeunes privés de contact avec le « récit artistique » sur lequel éprouver leur sensibilité et leur imaginaire, former leur esprit critique et leur expertise esthétique, ont le droit, comme tous les publics, de rencontrer ces œuvres dans une muséographie digne du XXIe siècle. Le Conseil supérieur de l’enseignement supérieur artistique s’était prononcé dès mars 2011 : « Rien ne remplace la fréquentation réelle des œuvres d’art et certainement pas leur reproduction. Que les œuvres du musée d’Art moderne des musées royaux des Beaux-Arts de Belgique soient inaccessibles est particulièrement dommageable pour les étudiants des Ecoles supérieures des Arts. » Les musées, comme les autres institutions culturelles, ont un rôle crucial à jouer dans l’appréhension d’une culture commune et/ou partagée. Enjeu crucial aujourd’hui, faut-il vraiment le rappeler ?

L’espace déserté par les collections d’art moderne accueille désormais un « Musée Fin de siècle Museum » (entendre musée du XIXe siècle) voulu par le directeur et supposé attractif pour le public touristique, cible désormais privilégiée des musées des Beaux-Arts. Le « Musée Magritte Museum » illustre cette logique scientifiquement regrettable et économico-centrée au point de multiplier « les musées dans le musée », orientation que nous dénonçons énergiquement depuis des années. Le récit muséal est rompu, morcelé en séquences prédéfinies et closes. Autant de sections et de tarifications distinctes. Désolante politique muséale inféodée à l’événement et aux séductions du marketing culturel.

Faut-il évoquer ici l’état tout aussi inacceptable des collections d’art ancien ? « Rappelons donc une fois de plus que les toitures des musées percent en divers endroits, que des travaux lourds menés dans plusieurs salles (jadis dévolues aux collections des XV et XVIes siècles) sont à l’arrêt depuis des années sans annonce de reprise des chantiers, que l’éclairage est déficient, que la moquette est souillée et râpée, que la présentation des œuvres est surannée mais surtout honteusement lacunaire (les esquisses de Rubens mises en réserves pour cause de ruissellements et l’inestimable collection de sculpture aux oubliettes par indifférence envers ce patrimoine) et que les circuits proposés au visiteur sont devenus totalement incohérents, le tout accompagné d’une hausse du prix d’entrée et de l’obligation d’achat de tickets supplémentaires pour avoir accès aux pseudo Musées Magritte et Fin de siècle… » (3). Nous disons halte à la gestion désastreuse du patrimoine public !

Incompréhensible somnolence 

A Londres, à Amsterdam, à Paris, à Lille ou à Lens, pour n’évoquer que des lieux muséaux proches, l’heure est à l’ouverture, à l’énergie et à l’inventivité muséales. Et à la fréquentation ! La somnolence qui caractérise les musées royaux des Beaux-Arts de Belgique n’en est que plus incompréhensible et moins justifiable. Les cinq ministres qui se sont succédé en cinq ans ont fait mine de se préoccuper du dossier. Les déclarations d’intention ont abondé mais aucun d’entre eux n’a proposé une solution qui puisse être mise en œuvre rapidement. Manque de temps, manque de vision, manque de détermination ? Les solutions prévoyant de transplanter les collections d’art moderne dans différents lieux de la capitale leur paraissent peu réalisables sur le plan muséographique et/ou trop lourdes sur le plan financier.

Assez tergiversé ! 

L’actuelle secrétaire d’Etat, Mme Elke Sleurs, vient de rendre publiques ses intentions à propos des établissements dont elle a la charge . Elle veut installer la collection d’art moderne dans les extensions des bâtiments de la rue de la Régence où 3 000 m² sont actuellement inoccupés qui demandent une rénovation lourde. Il semble que cela suffise et que cela ne nuise pas aux projets des départements d’Art ancien du musée. Alors assez tergiversé !

Si, faute de mieux, cette orientation est retenue, nous exigeons qu’elle soit rapidement mise en œuvre. Il est plus que temps de rendre aux citoyens de ce pays et aux citoyens européens, la pleine jouissance des collections d’art moderne et d’art contemporain. Les responsables politiques et scientifiques des musées royaux des Beaux-Arts, établissements publics, s’honoreraient d’assumer mieux et sans délai leurs obligations au regard de la démocratie et de la participation culturelles.

(1) museesansmusee.wordpress.com et museumzondermuseum.wordpress.com 

(2) Draguet : « Il n’y a pas d’art moderne en Belgique », titrait « L’Echo » le 30 novembre 2013. 

(3) Denis Coekelberghs, dans « La Tribune de l’Art », samedi 22 février 2014. 

Des centaines d’autres personnes participent activement au collectif Musée sans Musée/Museum zonder Museum. 

La Libre. CONTRIBUTION EXTERNE Publié le mardi 19 janvier 2016 à 16h17 – Mis à jour le mercredi 20 janvier 2016 à 12h49

1 commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, La Libre, Uncategorized

Elke Sleurs et son big bang des institutions culturelles

Elke Sleurs, secrétaire d’Etat N-VA à la politique scientifique a expliqué vendredi (NDLR 11 décembre 2015) pour la première fois sa politique. Elle est en charge des 10 établissements scientifiques fédéraux, les ESF: les musées des Beaux-Arts, Tervuren, Sciences naturelles, Cinquantenaire, Irpa et la Bibliothèque royale, Archives, IRM, Observatoire, IAS. Elle a profité pour cela de la remise du rapport Els Witte (professeur à la VUB) sur les ESF.

Dans la longue polémique sur l’avenir du musée d’Art moderne fermé depuis près de 5 ans, Elke Sleurs a été très claire. Pas question de replacer ces collections d’Art moderne, dans l’ex-garage Citroën acquis par la Région bruxelloise et qui n’est, dit-elle, « absolument pas adéquat pour un musée m’ont dit les bouwmeesters et les experts. Un garage n’est pas un musée ». Pas question non plus comme le prévoyait le précédent gouvernement, de les placer dans les ex-magasins Vanderborght que la ville de Bruxelles va d’ailleurs revendre. Plus question non plus, de les replacer dans le nouveau Musée fin-de-siècle comme elle l’avait elle-même évoqué.

Elle veut rouvrir, dit-elle, le musée d’Art moderne dans 3000 m2 actuellement inoccupés. Ce sont des bâtiments de la rue de la Régence qui seront rénovés par la Régie des bâtiments. Il semble que cela suffise et ne nuirait pas aux projets des départements d’Art ancien du musée. De manière ironique, Sleurs souligne qu’elle, pourtant N-VA, se bat pour garder au fédéral, les collections !

Faire comme Bozar

Plus généralement, Sleurs veut autonomiser chaque institution (le total contraire de la politique du gouvernement précédent et de Philippe Mettens, le chef de l’administration de la Politique scientifique, évincé par Sleurs qui voulait les centraliser).

Suivant l’exemple de Bozar qui a le statut d’une société anonyme de droit public à finalité sociale, elle veut donner à chacune la personnalité juridique et les regrouper ensuite en « cluster » (groupes d’institutions mais sans expliquer encore quels seront ces « clusters »). Il y aura un conseil d’administration autonome par « cluster » qui négociera un contrat de gestion spécifique avec l’Etat. Ces C.A. seraient ouverts à d’autres partenaires comme les Régions et Communautés.

Cogestion dans le futur ?

Elke Sleurs a aussi évoqué l’avenir institutionnel de ces ESF. Elle veut les maintenir sous cette législature, dans le statut fédéral actuel. Même si, dit-elle, elles possèdent un know-how qui n’est que partiellement utilisé faute d’accord plus étroit avec les Communautés. Mais pour la prochaine législature, elle, et donc la N-VA, ne ferme aucune porte.

Elle réfute qu’il y aurait un danger de diviser les collections des musées entre les Communautés comme cela s’est passé avec la bibliothèque de l’UCL en 1968. Les collections resteront bien entières. Mais, dit-elle, ces institutions fédérales pourraient à l’avenir, être directement cogérées par les entités fédérées (ce que celles-ci refusent nettement).

Notons enfin que le rapport Els Witte commandé par les Académies flamandes et non pas par Elke Sleurs, fait un résumé du débat sur les ESF en étant particulièrement assassin contre Michel Draguet, le directeur du musée des Beaux-Arts, citant surtout, à charge, les attaques venues de la N-VA contre lui. Els Witte évoque d’ailleurs à demi-mot, le vrai feuilleton qui oppose dans ces dossiers la Région bruxelloise et le PS, au fédéral et à la N-VA.

 

GUY DUPLAT. La Libre.   vendredi 11 décembre 2015.

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, Interventions politiques, La Libre, Uncategorized

Bruxelles mise sur ‘la qualité architecturale’

Faut-il dans une ville qui reste trop souvent frileuse à l’égard de l’architecture contemporaine, construire des bâtiments « iconiques » qui deviendraient des repères dans la ville ?

« La seule finalité d’un bâtiment ne peut être de devenir une icone, répond Kristiaan Borret, mais un bâtiment peut avoir cette fonction iconique dans le cadre d’un projet plus large de développement. Je pense d’abord à la zone du canal, un enjeu très important pour l’avenir de la région et sur lequel j’espère pouvoir agir durant les cinq ans de mon mandat ».

On a parlé de construire un bâtiment iconique à la porte de Ninove ou de faire du magasin Citroën un musée d’Art moderne. « Cela peut avoir tout son sens à la porte de Ninove où on créera aussi un parc, et cela a un sens aussi de faire quelque chose du Citroën. Je ne crois pas qu’il faille mettre le musée d’Art moderne dans le parc du Cinquantenaire. Il aurait son sens dans un quartier en pleine rénovation comme le canal. Mais je ne me prononce pas plus avant. »

Bruxelles mise sur ‘la qualité architecturale’.

Guy Duplat. La Libre. 12 décembre 2014

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, La Libre, Uncategorized

Sleurs et le futur musée : pas au Citroën, plutôt rénover

Elke Sleurs (N-VA), la secrétaire d’Etat à la Politique scientifique, responsable entre autres des ESF, établissements scientifiques fédéraux (les grands musées, etc.) a envoyé lundi soir sa “Note de politique 2015”, intitulée “La Politique scientifique passe la vitesse supérieure”. On attendait un exposé plus précis, établissement par établissement, des annonces sur les procédures de nominations urgentes, etc. Mais la note reste souvent générale et Elke Sleurs renvoie la balle à 2015 avec des éléments plus précis qui seront pris sur la base d’une concertation entamée avec chaque ESF :
“J’ai déjà lancé la concertation avec les ESF afin de fixer leurs priorités. J’évaluerai les résultats de ce questionnaire en 2015 et l’implémenterai si nécessaire”.Le Futur musée. La question épineuse de l’implantation du futur nouveau musée d’Art moderne est abordée. On sait que la Région bruxelloise le veut au garage Citroën, près du Canal ; l’ancien ministre Stefaan De Clerck, président de Proximus, lançait la piste du palais de justice ; l’ancien bâtiment Vanderborght est aussi en piste. Mais Elke Sleurs balaie pour l’instant ces pistes “des médias” et privilégie celle de la rénovation des salles du musée actuel des Beaux-Arts (elle doit pour cela avoir l’appui de Jan Jambon, N-VA, responsable de la Régie des bâtiments). Elle écrit, sans citer le Citroën : “Le problème d’un musée d’Art moderne, contemporain et actuel, est connu de tous. Le musée existant a été fermé et vidé de son contenu en 2011. Cette décision était injustifiée : les artistes ont soudainement perdu une scène importante et le public, une collection appréciée. Plusieurs pistes sont aujourd’hui envisagées et avancées dans les médias : mais pour moi, celles d’autres bâtiments, considérés comme des enveloppes plus importantes que les collections qu’ils sont censés abriter, ne sont pas une priorité. Elles ne reposent pas sur une recherche préparatoire fondée de l’investissement initial et des coûts d’exploitation ultérieurs. C’est pourquoi on examine de quelle façon la collection d’art moderne des musées royaux des Beaux-Arts de Belgique pourrait de nouveau être intégrée dans ses bâtiments”.Le ministre- président de la Région bruxelloise, Rudi Vervoort (PS), a réagi: “Nous mettrons sur pied un Musée d’art moderne et contemporain, le long du canal, avec ou sans le fédéral”, nous a-t-il dit.

(…)

Réservé aux ABONNÉS.  http://www.lalibre.be/culture/politique/sleurs-et-le-futur-musee-pas-au-citroen-plutot-renover-5487030035707696bb016700

GUY DUPLAT. La Libre.  09 décembre 2014 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, La Libre, Uncategorized

Le mythique collectionneur flamand s’expose

(…) Le Tri Postal à Lille, près de la gare de Lille Europe, propose une formidable exposition de 150 œuvres contemporaines choisies parmi les 4000 œuvres de 18 collectionneurs venus de la seule grande région de Courtrai. Les immenses espaces du Tri Postal sont propices à ces œuvres souvent de grandes dimensions. On y retrouve Francis Alÿs, Michael Borremans, Gerhard Richter, Joseph Beuys, Louise Bourgeois, Thomas Schütte, Mike Kelley, Paul McCarthy, Dan Graham, Wim Delvoye, et tant d’autres (80 artistes) (lire ci-contre). Impressionnant. Comme pourrait être le musée d’art contemporain que nous n’avons pas. (…)

Les premiers exemples

Pourquoi tant de collectionneurs en Flandre et quelles sont leurs caractéristiques ? Il n’y a pas de réponses simples. Certes, la Flandre a une vielle tradition d’art et de collections depuis les Primitifs et Rubens. La Flandre catholique compte aussi bien plus de collectionneurs que les Pays-Bas protestants où on répugne à afficher sa richesse mais où fleurissent de très grands musées publics que la Belgique n’a pas. À part le Smak, sous l’impulsion de Jan Hoet, l’État a très peu investi dans l’art contemporain et quasi rien à Bruxelles et Liège.

(…) Philiep Libeert  juge qu’il n’y a « aucune vision en Belgique » et que, s’il doit un jour donner des œuvres, ce sera à la Tate. Lieven Declerck a déjà réglé tout et légué sa collection à ses enfants. Aucun musée belge ne pourra plus acquérir des collections pareilles. Raison de plus pour voir à Lille ce que Tanguy Eeckhout appelle « cette audace mentale, ce sentiment qu’ils ont de vivre pleinement l’aventure du monde de l’art avec la découverte de nouveaux talents (devenus entre-temps des vedettes) et d’être les premiers à acquérir leurs œuvres ».

 

Passions secrètes, collections privées flamandes, au Tri Postal à Lille, jusqu’au 4 janvier.  Infos: http://www.lille3000.eu

Le mythique collectionneur flamand s’expose.

GUY DUPLAT,  La Libre, vendredi 10 octobre 2014.

Poster un commentaire

Classé dans Dans la Presse & les Media, La Libre, Uncategorized

« Bruxelles a quasi acheté le futur musée d’art moderne »

COLLEYN MATHIEU. La Libre. 03 septembre 2014. 

 

Commentaire de MsM :

1. Inscrire – au crayon – que l’ouverture est prévue en 2017… 

2. Retenir que « Tout est encore à discuter ».

3. Savoir que la finalisation de ce projet dépendra de la bonne entente entre la Région et le fédéral

4. Observer que  l’objectif est de développer le tourisme dans la capitale… 

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, La Libre, Uncategorized

Musées d’Art moderne au Citroën: pas sûr…

ARTS VISUELS

On sait que la Région bruxelloise veut installer le musée d’Art moderne, fermé depuis trois ans, au magnifique garage Citroën près du Canal. Mais aucune étude de faisabilité et de coût n’a encore été faite. On sait que le Kaaitheater proche, il y a quelques années, a voulu d’étendre vers le Citroën mais se heurta à un passif lourd de sols pollués par 80 ans de garage (huiles).

A la Région et au Musée des Beaux-Arts, on n’est au courant de rien et, si souci il y a, ce serait à charge de Citroën. Il y a aussi la difficulté de concevoir un musée derrière ces immenses baies vitrées du show-room.

A suivre. Et on reparle de regarder d’abord du côté des salles vides du musée, rue de la Régence, attendant les travaux de la Régie des bâtiments.

Musées d’Art moderne au Citroën: pas sûr….

GUY DUPLAT – La Libre – 02 septembre 2014.

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, La Libre, Uncategorized