Le musée fin de siècle à nouveau reporté

Les règles de prudence budgétaire devraient forcer le musée à n’ouvrir qu’en septembre 2013.

En février 2011, on apprenait, à la surprise générale, que le musée d’Art moderne fermait sine die et qu’un nouveau musée, le « musée Fin de siècle », prendrait sa place un an plus tard, c’est-à-dire en février 2012. Hélas, en Belgique les choses prennent parfois plus de temps que prévu. Le musée Fin de siècle, d’un coût de 7,5 millions d’euros et qui doit évoquer l’époque où Bruxelles fut la capitale culturelle du monde, avec le salon des XX et la Libre Esthétique, a déjà vu son ouverture reportée plusieurs fois. Michel Draguet, le directeur du musée des Beaux-Arts, annonçant finalement qu’il ouvrirait le 7 mai 2013. Mais entre-temps, il y a eu la crise budgétaire et les nouvelles règles de prudence très strictes mises en place par le gouvernement et qui imposent que chaque dépense de l’Etat de plus de 5 000 euros (même si elles sont faites avec des dons venus de tiers !) doit suivre une procédure où il est vérifié que cette dépense est bien « inévitable  » et  » incompressible  » (la procédure DAP). C’est valable pour toute dépense, y compris celles des musées. Mais cela entraîne un embouteillage des dossiers et des retards importants (ce qui est aussi une manière de faire des économies).

Michel Draguet estime qu’il y a toutes les chances que la date du 7 mai sera intenable dans ces conditions et, quitte à reporter, autant alors le faire jusqu’à la rentrée d’automne 2013, afin de pouvoir donner à cette ouverture le retentissement nécessaire.

Des dossiers importants comme le multimédia du futur musée, les tourniquets qui régleront l’entrée des visiteurs, la peinture, sont toujours bloqués dans le pipeline. Cette règle pourrait même s’appliquer aussi aux expos, mais pour celles-ci, on a admis que c’était inévitable. « On vit dans un système où on renforce de plus en plus les contrôles et où il y a de moins en moins pour l’opérationnel. Les lois sur les marchés publics sont de plus en plus lourdes. D’autant que, parfois, on veut nous faire faire des économies en faisant traîner les dossiers. Dans ces conditions, il devient difficile d’avoir un timing et de le respecter« , nous disait déjà Michel Draguet en septembre dernier quand il espérait encore ouvrir en mai prochain.

Quant au futur du musée d’Art moderne, on se souvient que Paul Magnette, le ministre de la Politique scientifique, avait espéré qu’il aurait pu être relogé l’été dernier déjà. On en est encore très loin. On attend -enfin- pour ces jours-ci, l’avis de l’Inspection des Finances sur le projet porté par Michel Draguet et Paul Magnette, d’utiliser le bâtiment Vanderborght (ex-Dexia art center) pour ce projet qui devrait coûter une dizaine de millions et qui devra ensuite avoir encore l’aval du nouveau collège de Bxl, propriétaire du lieu.

Guy Duplat, La Libre, Mis en ligne le 14/12/2012

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, La Libre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s