Vingt-cinq universitaires critiquent vivement l’idée de créer un “Pôle art”.

Vingt-cinq universitaires du nord et du sud du pays, travaillant en histoire de l’art ou en muséographie, viennent de rédiger un « Appel au gouvernement » au moment où le ministre de la Politique scientifique, en charge des musées, Paul Magnette (PS), s’apprête à partir à Charleroi et qu’on ne connaît pas encore le nom de son successeur.

Leur texte critique vivement le plan – inscrit dans le contrat de gestion du ministère – du ministre Paul Magnette et du président de son administration Philippe Mettens, soutenu par le directeur du musée des Beaux-Arts et directeur ad interim du Cinquantenaire, Michel Draguet, de fusionner les trois institutions (Musée des Beaux-Arts, Musée du Cinquantenaire et Irpa, l’institut du patrimoine) en une entité appelée « Pôle art » et dirigée par un seul directeur général. Parmi les signataires, on retrouve Dominique Allart (ULg), Nicole Dacos (ULB), Ralph Dekoninck (UCL), Claire De Ruyt (Namur), Christian Heck (Lille), François Mairesse (Sorbonne et ex-directeur de Mariemont) ou Jan Van der Stock (KUL). En voici quelques extraits (le texte complet est sur http://fr.scribd.com/doc/112064839/Untitled) :

« Les signataires s’émeuvent qu’un tel projet, sous prétexte d’économies budgétaires fictives, ait pu naître sans réelle concertation préalable et surtout sans examen approfondi de la situation. »

« La déstructuration de l’Irpa et son incorporation dans l’ensemble envisagé mettraient à mal les résultats des efforts consentis et risqueraient d’anéantir une visibilité qui fait honneur au pays ; le simple changement de nom de l’institution serait déjà à lui seul catastrophique pour son rayonnement. »

« Ces projets occultent plus qu’ils ne résolvent les nombreux problèmes, identifiés de longue date mais laissés sans réponse, que rencontrent ces institutions. Les signataires estiment peu fondée sur les plans scientifique et organisationnel la création de multiples nouveaux musées sur des bases thématiques qui ne correspondent pas à la structure des collections. Ils rappellent qu’un musée n’est pas seulement une attraction touristique, c’est avant tout le lieu où se conserve un patrimoine collectif, où l’on procède à son étude et où il est rendu accessible au public. Compte tenu de ces trois missions fondamentales, ils demandent que les collections d’art moderne et d’art contemporain des Musées royaux des Beaux-­Arts, tout comme une grande partie des collections d’art ancien (dont d’inestimables esquisses de Rubens léguées pour une grande part par de généreux donateurs), écartées abusivement des salles ou invisibles depuis trop longtemps, soient rendues à nouveau accessibles au public dans les meilleurs délais. Les signataires veulent attirer l’attention du monde politique pour qu’il se rende compte que le Musée Magritte est l’arbre qui cache la forêt de la désolation des collections de ces musées. Ils dénoncent l’état de certaines réserves des Musées royaux d’Art et d’Histoire qui constitue une honte pour un pays civilisé. »

« Se voulant constructifs, les signataires sont convaincus de la nécessité d’adapter les établissements scientifiques fédéraux à l’évolution de la société, conformément à la vision déjà définie dans l’excellent ‘Livre blanc’ sur la modernisation de ces établissements que la Politique scientifique fédérale avait intelligemment proposé en 2002 avant de l’oublier complètement. C’est pourquoi les soussignés souhaitent qu’une large réflexion soit sereinement menée sur les améliorations indispensables au bon fonctionnement des établissements scientifiques et sur les projets que ceux-­ci pourraient utilement développer en commun, dans le respect mutuel de leurs points forts, notamment en collaboration avec les universités et les institutions similaires à l’étranger. »

Les signataires « insistent enfin sur le climat délétère que causent aujourd’hui les invraisemblables projets de réforme de structures envisagés sans souci des réalités ; ce climat paralyse toutes les actions sérieuses de renouveau dont ces institutions fédérales ont un urgent besoin ».

Guy Duplat, La Libre, Mis en ligne le 06/11/2012

 
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, La Libre, Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s