Les pôles Art et Espace auront un directeur unique

Le ministre Paul Magnette l’annoncera mardi : on fusionnera les musées.

Mardi, le ministre de la Politique scientifique Paul Magnette, entouré des dix directeurs des établissements scientifiques fédéraux (musées, Bibliothèque royale, etc.) signera avec Philippe Mettens, le président de son administration, un « contrat d’administration du département de la Politique scientifique fédérale » pour les trois ans à venir. Une feuille de route qui fixe les objectifs à suivre.

Sauf grosse surprise, le contrat est quasi identique à la note que Philippe Mettens avait remise au ministre début mai. Le cabinet a passé ces semaines à peaufiner et éplucher le contrat mais sans grands changements.

Le point le plus urgent et le plus délicat est celui de la nomination, ou non, d’un directeur unique pour les pôles Art et Espace. La discussion était vive sur cette idée mais ce directeur unique se fera. Il y en aura un pour le pôle Art regroupant le musée des Beaux-Arts, l’Irpa (le patrimoine artistique) et le musée du Cinquantenaire et un autre directeur unique pour le pôle Espace qui prévoit une fusion des trois institutions du plateau d’Uccle : IRM (météo), Observatoire royal et Institut d’aéronomie spatiale.

Il était urgent de trancher car quatre de ces six institutions sont dirigées par des directeurs intérimaires depuis de longs mois. La décision d’une quasi-fusion permettra à Paul Magnette de lancer maintenant un appel à candidatures pour trouver ces directeurs uniques. On sait que Michel Draguet, actuel directeur du musée des Beaux-Arts et directeur ad interim du Cinquantenaire, brigue ce poste. Pour le pôle Espace, un nom aussi est cité pour briguer le poste de DG du pôle : Ronald van der Linden, actuel directeur de l’Observatoire royal et seul directeur nommé pour les trois institutions concernées.

Pour ces pôles Art et Espace, où quatre des six institutions actuelles sont dirigées par des intérimaires (Cinquantenaire, Irpa, IAS et IRM), il faudra passer par une démission préalable des deux directeurs en poste (Draguet et van der Linden) avant l’appel à candidatures nouveau pour la direction générale de ces pôles. Cela pourrait commencer relativement vite pour arriver à une fusion effective en 2014 et suivant un processus qui s’inspirera de la réforme Copernic. Dans la logique communautaire belge, il faudrait qu’un des deux pôles soit dirigé par un francophone, l’autre par un néerlandophone, une exigence que le duo Draguet-van der Linden remplirait pour peu qu’il soit sélectionné par le Selor (il pourrait y avoir d’autres candidats).

Lire la suite ici

Guy Duplat, La Libre, Mis en ligne le 07/07/2012

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Dans la Presse & les Media, La Libre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s