La Bourse reste vide de projet

Bruxelles Musée d’art moderne

Le bâtiment de la Bourse est aujourd’hui inoccupé. Les collections du musée d’Art moderne restent, elles, enfouies dans les réserves du musée des beaux-arts. N’était-il pas possible que les deux intérêts se rencontrent ? Visiblement non.

Début juillet, la Ville de Bruxelles reprend possession de la Bourse. Cette œuvre de Léon Suys, terminée en 1873, incarne le libéralisme triomphant. Partiellement classées en 1986, les lieux se sont vidés petit à petit. Les traders ont laissé la place aux ordinateurs.

L’emplacement est idéal pour la Ville de Bruxelles. Reprendre ce bâtiment qui lui appartient semble donc assez logique. Cet été, elle met donc fin à un bail emphytéotique datant de 1994. En ce début d’année, les actes notariés sont passés et la Ville doit débourser 1,7 million pour racheter le bail.

Parallèlement à cela, depuis le 1er février 2011, Bruxelles n’expose plus ses œuvres modernes. Les collections des Musées royaux des beaux-arts, qui étaient enterrées sous la place du musée, ont été enlevées pour y installer un musée fin de siècle.

Voici un an, la conseillère de l’opposition, Marie Nagy (Ecolo), déposait une motion au conseil communal de la Ville de Bruxelles pour que ces œuvres soient montrées au grand public. Un an après, elle espérait que l’art moderne puisse trouver sa place dans les locaux vides de la Bourse. « Nous avons racheté ce bail pour plus d’un million d’euros et nous n’avons aucun projet. La Bourse pouvait au moins accueillir cette collection de manière temporaire. »

Selon un rapport d’experts commandé par la Ville de Bruxelles, les investissements à réaliser pour transformer la Bourse en musée seraient trop importants par rapport à ce que le musée est prêt à mettre. Pour l’échevin de la culture, Hamza Fassi-Fihri (CDH), un autre problème se pose. Le musée des Beaux-arts ne souhaite pas exposer ses œuvres dans la Bourse. Dans les couloirs, on entend un autre son de cloche. Il n’y aurait tout simplement pas de projet pour le site.

« La Ville préfère se concentrer sur un nouveau bâtiment pour l’art moderne, complète Marie Nagy. Elle parle notamment du Heysel mais, à la vitesse où vont les choses à Bruxelles, cette collection ne sera pas exposée avant 15 ou 20 ans. » En attendant, aujourd’hui, comme tous les mercredis, les amateurs d’art moderne manifesteront pour avoir leur musée.

LHUILLIER VANESSA, Le Soir,  Mercredi 1er février 2012

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, Le Soir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s