Deux grandes expos annulées

L’exposition Klimt, Hoffmann et le Palais Stoclet prévue au Cinquantenaire est annulée. Tout comme celle consacrée à Dalí, Magritte, Miró – Le surréalisme à Paris, prévue aux Musées royaux des Beaux-Arts.

Mauvaise nouvelle pour les amateurs d’art : deux des grandes expositions annoncées pour les prochains mois à Bruxelles n’auront pas lieu. Comme l’annonçait hier De Standaard, l’exposition Klimt, Hoffmann et le Palais Stoclet,prévue au Cinquantenaire et celle consacrée à Dalí, Magritte, Miró – Le surréalisme à Paris, aux Musées royaux des Beaux-Arts, sont finalement annulées.Toutes deux avaient pourtant été largement annoncées dans les programmes des deux musées. Dans les deux cas, il s’agit de question de coût et d’œuvres indisponibles. Prévue aux Musées royaux d’art et d’histoire, la première devait mettre en relation l’architecture de Josef Hoffmann et les œuvres de Gustav Klimt, autour du Palais Stoclet construit par le premier et comportant des fresques du second. Actuellement montrée à Vienne, l’exposition devait arriver chez nous à partir du 30 mars. Elle s’est finalement avérée trop cher pour le Cinquantenaire. Par ailleurs, certains musées et collectionneurs ayant prêté des œuvres pour Vienne ne souhaitaient pas renouveler le prêt pour Bruxelles.C’est le problème essentiel de l’exposition Dalí, Magritte, Miró – Le surréalisme à Paris,que les Musées royaux des Beaux-Arts devaient présenter après la Fondation Beyeler à Bâle où elle se déroule actuellement. Problème, pour l’étape bruxelloise, nos musées devaient renégocier le prêt des œuvres avec chaque propriétaire, privé ou public. Selon Frederik Leen, conservateur de l’art moderne aux Musées royaux, les refus se sont succédé. Certains musées avaient déjà prêté l’œuvre ailleurs ou souhaitaient simplement la récupérer dans leurs salles. La direction des musées espère pouvoir présenter cette manifestation en 2016.

Double échec pour Michel Draguet

Ce double ratage tombe mal alors que Bruxelles veut plus que jamais se placer sur la carte des grandes capitales culturelles. Certains s’étonnent déjà que les Musées royaux aient communiqué sur ces événements phares alors qu’ils n’avaient pas la certitude de pouvoir les organiser.Mais cet échec tombe mal également pour Michel Draguet qui en sa qualité de directeur des Musées royaux des Beaux-Arts et de directeur ad interim des Musées royaux d’Art et d’Histoire, est directement concerné par ces deux annulations. C’est d’autant plus gênant pour lui qu’il brigue toujours la direction d’une coupole chapeautant les deux institutions.Déjà attaqué pour la fermeture du musée d’art moderne, il se voit désormais mis en cause sur ses qualités de gestionnaire qui lui avaient pourtant permis de mettre sur pied le musée Magritte et bientôt le musée Fin de Siècle. Le début d’année va être chaud du côté des Musées royaux.

JEAN-MARIE WYNANTS, Le Soir, vendredi 20 janvier 2012, 10:53

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, Le Soir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s