Un modèle dépassé ?

Dans Le Monde, du 19 novembre, un long article, sur deux pages, nourrit le débat qui nous occupe  : quelle est la vocation d’un grand musée d’art moderne et contemporain ?

L’Espagnol qui bouscule les musées

Manuel Borja-Villel, directeur du Reina Sofia de Madrid, dénonce ces établissements gérés comme des entreprises. 

(Extraits)

Cette crise (que traverse l’Espagne) est celle d’un modèle économique obsolète (…) Elle n’est pas sans lien avec celle que connaissent les musées, en Europe ou aux Etats-Unis. En raison non tant de la baisse des subventions que de l’impasse dans laquelle ils se trouvent.

En quoi cette impasse des musées est-elle liée à la crise ?

La collection est au coeur des musées. Depuis des décennies, ils se battent pour obtenir les meilleurs oeuvres. Ils sont jugés, classés à l’aune de leur rareté. Le problème, c’est que ce sont les collectionneurs privés qui possèdent l’argent et les oeuvres. (…) S’il reste fondé sur la rareté et sur la propriété, le monde des musées va être pris dans une économie de l’excès.

Depuis la fin des années 1970, on a vu l’essor d’un modèle qui me semble dépassé : créer un bâtiment qui est une oeuvre en soi, en faire un lieu de spectacles au service du tourisme. Le musée est devenu un centre commercial, dans lequel les visiteurs-consommateurs ne viennent pas apprendre mais reconnaître des noms. On voit ce que ce modèle a fait naître : un art contemporain lié à l’économie et à la finance. Les artistes plébiscités par ce système  (…) sont des animateurs de spectacles. On n’est pas loin de l’impasse économique actuelle qui révèle en fait une crise de la démocratie.

Pour répondre à la crise, les musées font appel au mécénat, augmentent le prix d’entrée… Ce sont des solutions ? 

Ils ouvrent aussi des filiales à l’étranger, louent des oeuvres à des musées riches aux Etats-Unis ou au Japon, vendent des expositions clés en main, voire leur marque, louent des espaces à des entreprises, veulent un bâtiment toujours plus grand pour accueillir toujours plus de visiteurs. Ce modèle fondé sur l’expansion est dangereux. Il vise à ce que les établissements se cannibalisent entre eux. Il est anti-écologique. Il finit par considérer le musée comme une entreprise. C’est déjà le cas quand on lui demande de « faire des entrées »  sans chercher à savoir ce que nos enfants ont appris à la sortie. Ou quand il est contraint de monter des expositions paresseuses et spectaculaires. Le musée finit par oublier sa mission première qui vient du modèle révolutionnaire français : être le lieu de la démocratie et de l’éducation. Je crois que ce modèle ancien est condamné à la défaite, car le musée, à l’avenir, sera plus pauvre dans un monde plus grand.

Michel Guerrin, Le Monde, samedi 19 novembre 2011.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Dans la Presse & les Media, Le Monde

Une réponse à “Un modèle dépassé ?

  1. Il est rare, sinon inédit, qu’un membre du système muséal, spectaculaire marchand, politisé et mondialisé se risque à dire tout haut ce que les artistes qui pensent savent depuis longtemps (depuis Guy Debord ) sinon depuis toujours ; parmi lesquels on peut pointer les imposteurs, qui se taisent tout en profitant sans vergogne, d’autres, les faux culs dérisoires, qui le dénoncent dans le musée lui même tout en le cautionnant, d’autres encore, les purs inconnus, qui mettent en accord leur pensée et leurs actes, d’autres enfin, les rares gracieux, qui savent que les oeuvres d’art, comme celles de l’Esprit, n’ont pas lieu dans les musées ni dans les collections (qui ne rassemblent que des objets morts par définition) mais seulement en eux les vivants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s