Pas encore…

Interrogé par La Libre Belgique, Philippe Mettens, président du Comité de Direction de la Politique scientifique, explique que

le possible futur musée d’art moderne et contemporain sur le parc du Cinquantenaire

« ne sera pas évoqué dans la déclaration gouvernementale car certains craignent que cela engage le gouvernement futur dans d’éventuels surcoûts du projet. Mais le dossier avance, même si les grands industriels approchés pour suivre le dossier ne se sont pas encore vus. On a lancé un audit financier et un processus de validation du projet par un groupe de directeurs de grands musées mondiaux, le Bizot. »

Lire l’interview « Musées : synergies ou autonomie ? »

Guy Duplat, La Libre, Mis en ligne le 08/11/2011

Remarque de MsM : Le Bizot, ou groupe Bizot ou Bizot group ou Groupe international des organisateurs de grandes expositions, réunit  des directeurs de grands musées d’Europe et d’Amérique du nord. Parmi ces musées, les Musées royaux d’Art et d’Histoire (communément appelés « le Cinquantenaire ») et dont le directeur a.i. est Michel Draguet. On n’est jamais si bien servi que par soi-même !

Questions de MsM :

– N’est-il plus question que de l’emplacement du Cinquantenaire ? (On sait que ce site est privilégié par les directions de la Politique Scientifique fédérale et des MRBAB.)

–   Pourquoi les grands industriels approchés pour suivre le dossier ne se sont-ils pas encore vus ? Pourquoi les réunions annoncées n’ont-elles pas eu lieu ?  Voir les articles : Alain Courtois : Pas avant 2022 et Report des réunions.

– En quoi consiste le processus de validation du projet ?  L’objectif non avoué n’est-il pas tout simplement de faire avaliser par quelques vénérables institutions le projet de possible futur musée d’art moderne et contemporain sur le parc du Cinquantenaire  ?

– Qui a lancé ce processus de validation ? Qui le finance ? Qui l’analysera ?

– Qui a lancé l’audit financier ? Qui le réalise ? Qui le finance ? Qui l’analysera ?

Ces questions et tant d’autres attendent des réponses.  Le Musée d’Art Moderne est fermé depuis 10 mois. Aucune perspective claire n’apparaît.  Pire : rumeurs, hypothèses et promesses non tenues occultent le problème le plus urgent, celui de l’avenir des collections des 20e et 21e  siècles.

La preuve n’est-elle pas faite que la fermeture du Musée d’Art Moderne – par son propre directeur  – en pleines crises politique, financière et économique, et sans aucune alternative concrète, était une décision pour le moins irresponsable ?

L’électrochoc (c’est le terme utilisé par les MRBAB pour désigner cette fermeture) ne ressemble-t-il à un sabordage ?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Dans la Presse & les Media, La Libre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s