M. Charles Picqué, ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, répond à une interpellation de Mme Sophie Brouhon

Interpellation de Mme Sophie Brouhon à M. Charles Picqué, ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé des Pouvoirs locaux, de l’Aménagement du territoire, des Monuments et Sites, de la Propreté publique et de la Coopération au développement, concernant « la place des musées royaux dans le city-marketing de Bruxelles ».

Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale . Commission Finances. 02/05/2011

Mme Sophie Brouhon.- Je suis ravie d’ouvrir un débat sur un sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre à Bruxelles, à savoir la future absence d’un musée d’Art moderne à Bruxelles. On pourrait craindre une réponse simpliste quant au fait que cela ne relève pas de vos compétences, mais je pense malgré tout que ce débat trouve toute sa place dans notre assemblée. Pour rappel, les six étages qui abritent en ce moment le musée d’Art moderne sont en rénovation. La collection a été décrochée et rangée en cave. Le destin de ces œuvres n’est pas encore très clair, puisque les décisions définitives n’ont pas encore été prises. En effet, les musées d’art royaux relèvent de la compétence du pouvoir fédéral, où les affaires sont en ce moment plus que dormantes en la matière.

Le directeur du musée a fait connaître son intention de remplacer le musée d’Art moderne et d’y installer à la place un musée « Fin de siècle », qui devrait ouvrir en février 2012. Cette communication n’a pas manqué d’étonner, dans la mesure où ni la concertation avec l’autorité fédérale, ni la concertation avec les acteurs n’avaient pu avoir lieu.

La commune de Bruxelles-Ville, qui ne manque jamais une occasion de se prendre pour la Région, a adopté une motion, déposée par ma collègue Marie Nagy, plaidant pour le maintien d’une activité du musée d’Art moderne pendant les travaux et a lancé un débat sur l’ouverture d’un musée d’Art moderne dans la Bourse de Bruxelles.

Je ne veux pas débattre ici du caractère un peu passéiste des deux propositions : un musée « Fin de siècle » à Bruxelles et un musée d’Art moderne dans la Bourse, qui est un symbole du Bruxelles « XIXe siècle », pas vraiment celui d’une modernité vibrante. Mais je voudrais quand même souligner que, pendant que ce débat avait lieu à Bruxelles et que s’organisait toute une mobilisation tant citoyenne qu’artistique autour de ce projet de fermeture du musée d’Art moderne, on pouvait lire dans la presse de nombreux articles sur l’architecture incontournable du MAS (Museum aan de Stroom) ou l’ouverture simultanée du MACRO (Museo d’arte contemporanea di Roma) et du MAXXI (Museo nazionale delle arti del XXI secolo), deux institutions dédiées à l’art contemporain à Rome.

Le monde entier surenchérit de grands concours internationaux d’architecture et d’art contemporain. La Région, elle, reste silencieuse. Elle est à la fois absente en tant qu’acteur de concertation, mais aussi en tant qu’acteur, puisque ces plans auront sans aucun doute un impact majeur sur la Région.

(poursuivant en néerlandais) De Kunstberg en de aanwezige musea zijn een belangrijke aantrekkingspool voor het gewest. In een document van het BITC uit 2005 over citymarketing en het imago van Brussel worden de Musea voor Oude en Moderne Kunsten nog vermeld als toppers onder de musea, waardoor ze van het grootste belang zijn voor het imago van Brussel.

Ook in het Plan voor de Internationale Ontwikkeling van Brussel (PIO) staat de Kunstberg omschreven als een strategisch gebied: « Ze vormt één van de symbolische plaatsen in het culturele prestige van Brussel, met zijn uitzonderlijke veelvoud aan musea, bruisende kunstcentra en aangename openbare ruimten. » Het PIO is dan ook bedoeld om de aantrekkelijkheid van de wijk te versterken. Als de musea anders worden ingevuld of hervormd, heeft dit ook implicaties voor het Brusselse beleid inzake citymarketing.

In hoeverre is de regering betrokken bij de plannen rond het Museum voor Moderne Kunst? Bent u geraadpleegd? Indien niet, welke initiatieven hebt u genomen om hierbij te worden betrokken? Welk overleg pleegt u met het federale niveau over de Koninklijke Musea en de culturele citymarketing van Brussel in het algemeen?

De heer Herman Mennekens.- Citymarketing is vandaag gelukkig meer dan een slogan. Sinds enkele jaren wordt de creatieve potentie van de stad op verschillende plaatsen in de wereld opnieuw ontdekt, met een focus op cultureel erfgoed, kunst, geschiedenis en folklore. De voorbeelden zijn legio, zoals Bilbao, Lille, Berlijn, enzovoort. Maar ook enkele Belgische steden zijn daarin stilaan succesvol. Naast het ontsluiten van het artistieke erfgoed, zoals het Museum voor Oude of Moderne Kunst, het Magrittemuseum en het Muziekinstrumentenmuseum dat doen in Brussel, kan men met cultuur de stad op de nationale en internationale kaart plaatsen.

Naar aanleiding van het Stadsmuseum Gent peilde ik al eens naar het museale beleid van het gewest. In de marge daarvan hield ik al een pleidooi voor de oprichting van een hedendaags Brussels stadsmuseum.

De Kunstberg is een belangrijke aantrekkingspool voor het gewest, maar er is uiteraard heel wat meer. Naast de musea zijn er ook de festivals, zoals Kunstenfestivaldesarts. De lijst is haast eindeloos. Verder wordt er ook al jaren gepraat over de totstandkoming van een groot museum van Europa en zelfs over een jazzmuseum in het geboortehuis van Toots Tielemans.

In het PIO worden onder meer de Kunstberg en het Magrittemuseum aangehaald in de internationale imagostrategie van het gewest. Doordat de bevoegdheden in het museumlandschap verdeeld zijn over de gemeenten, het gewest en de federale overheid, is het moeilijk om uit te maken wat het  kader is waarbinnen het gewest het museale beleid kan vormgeven. Het klopt dat het Museum voor Moderne Kunst als een van de federale instellingen in het gewest deel uitmaakt van de citymarketingstrategie, maar deels aan onze controle ontsnapt omdat het onder de federale bevoegdheid valt. Het Brusselse museale beleid kan nog beter worden ontwikkeld door een beter en efficiënter overleg tussen alle betrokken overheden.

Ik verwijs ter zake naar een discussienota die ik samen met de heer René Coppens in de Raad van de Vlaamse Gemeenschapscommissie heb ingediend. Daarin pleiten we voor een cultuurkoepel die alle overheden van het land op structurele wijze samenbrengt om het culturele beleid te coördineren en te stroomlijnen in het belang van een zo efficiënt mogelijke citymarketing voor het Brussels Hoofdstedelijk Gewest. We doelen op een overlegcomité voor alles wat te maken heeft met het culturele leven en aanbod in het Brussels Gewest. Het overleg gebeurt vandaag nog te veel ad hoc, ook door het gebrek aan structureel overleg laten we heel wat kansen liggen. Daar zijn al studies over gemaakt. We hebben die in de commissie al besproken. Ik verwijs onder andere naar de studie ‘Het verdriet van Brussel’ van het Kenniscentrum Prometheus, dat een berekening heeft gemaakt van de misgelopen inkomsten door het niet efficiënt inzetten van het aanbod.

Daarom sluit ik me aan bij de vragen van collega Brouhon met betrekking tot de musea op de Kunstberg. Welke vormen van overleg of inspraakmogelijkheden heeft het Brussels Hoofdstedelijk Gewest bij de toekomstige invulling van het musea-aanbod, zowel in dit specifieke dossier als in het algemeen?

Mme Marie Nagy.- Mes deux collègues l’ont dit : dans le cadre de l’image et du marketing que la  ville peut réaliser, les institutions culturelles, fussent-elles fédérales, jouent un rôle essentiel. En effet, elles constituent l’un des moteurs d’un certain type de tourisme et de toute l’économie qui en découle, que ce soit dans le secteur hôtelier, de la restauration, etc. Les institutions elles-mêmes, même si elles sont fédérales, influencent grandement l’image de Bruxelles. ECOLO a d’ailleurs souvent plaidé pour qu’elles restent dans le giron fédéral et qu’elles ne subissent par les velléités de scission de certains. Je sais que M. le ministre-président, qui fut membre du gouvernement fédéral, a jadis beaucoup œuvré pour qu’une réflexion se fasse à propos du devenir de ces institutions.

À la Chambre, ma collègue Mme Muriel Gerkens a interrogé à ce sujet la ministre compétente au niveau fédéral. Cette dernière a fourni une réponse quelque peu étonnante puisqu’elle a rappelé l’autonomie d’organisation des collections qui a été conférée aux directeurs des musées royaux. Or, la décision de mettre complètement de côté les collections d’Art contemporain et d’Art moderne et de changer l’appellation du « musée d’Art moderne » en « musée de Fin de siècle » va, selon moi et pour beaucoup d’observateurs, bien au-delà de la gestion des collections.

Notre souhait est, ni plus ni moins, de donner à Bruxelles une image de ville attentive, non seulement à son héritage du passé, mais aussi à l’Art contemporain et à sa projection dans l’avenir.

Cette question me semble donc tout à fait justifiée et la remarque a été également faite au niveau fédéral.

Dans le cas présent, le directeur du musée joue quelque peu le rapport de forces pour tenter de trouver une solution à son problème de place et d’infrastructure. Je peux comprendre cette préoccupation. Cependant, ce qui nous préoccupe, c’est que l’image de Bruxelles est quelque peu prise en otage par cette décision. Le plus grand danger est que l’on ignore combien de temps cette situation va durer. On a mis de côté certaines collections, mais on ignore quand on pourra les admirer à nouveau (cinq, dix ou vingt ans ?).

Que va-t-il se passer ? En la matière, la responsabilité de la Région est importante et il faut pouvoir agir, en fonction de nos moyens et compétences. En tout cas, il faut faire savoir que cette décision importe aux Bruxellois, en termes d’image de leur ville-région et de retombées économiques (marketing urbain et capacité d’accueillir à Bruxelles certains publics qui viennent à Bruxelles principalement pour cela).

Comme l’a dit ma collègue, j’ai, au nom d’ECOLO, déposé une question et une motion au conseil   communal de la Ville de Bruxelles. J’ai eu le plaisir et l’honneur d’être comprise par les collègues de la majorité alors que je fais partie de l’opposition. Nous avons donc voté à l’unanimité une demande adressée aux autorités fédérales pour qu’il y ait un calendrier, ainsi qu’une initiative afin de contester la décision du directeur du musée et de refuser qu’une partie des collections soit soustraite aux yeux des visiteurs et ce, pour une durée indéterminée.

Nous pensons qu’il faut une concertation avec tous les secteurs concernés : secteur artistique, autorités publiques bruxelloises et secteur touristique.

En ce qui concerne vos compétences, avez-vous pris des initiatives afin d’assurer cette concertation et pour exprimer le point de vue de la Région ? Si oui, quel est ce point de vue ? Comment allons-nous faire pour réussir à combattre la décision du directeur ?

Je ne sais pas s’il faut construire un nouveau bâtiment, un nouvel emblème. De nombreuses questions se posent aujourd’hui. Nous savons qu’à Bruxelles, la gestion et le suivi des bâtiments posent problème. Quelle que soit la voie qui sera prise, il est nécessaire de connaître le sort du Musée d’Art moderne. Comment se déroule la concertation ? Dans quels délais nous situons-nous ? Où aurons-nous accès à la collection entre-temps ? Quel sera le rôle du gouvernement de la Région bruxelloise dans ce dossier ?

 Mme Anne-Sylvie Mouzon.- À titre purement personnel d’abord, je tiens à dire que l’autonomie de gestion est une belle invention. Bientôt, les politiciens qui sont soumis périodiquement à l’élection, auront juste le droit d’endosser la responsabilité des erreurs commises par les fonctionnaires à qui l’autonomie de gestion aura été donnée. C’est le monde à l’envers.

Je partage, avec le groupe socialiste cette fois, les préoccupations de mes collègues. Pourquoi se rendre à New-York, si ce n’est pour le « Metropolitan Museum », le « Moma » (Museum of Modern Art) et le « Guggenheim Museum » ? De même, on ne se rend pas à Londres dans le seul but d’assister au mariage du prince. On s’y rend pour le « British Museum » ainsi que pour le musée d’Art moderne qui, soit dit en passant, a été réaménagé dans un bâtiment industriel désaffecté.

Des bâtiments de grand prestige, comme Versailles, ne sont donc pas nécessaires à l’exposition publique de l’Art moderne. Toujours dans le même ordre d’idées, c’est pour la qualité de son patrimoine d’Art moderne que l’on se rend à Berlin.

Ce sont les jeunes, relativement désargentés et intéressés par ce genre de production artistique, qui  se rendent à ces expositions munis de leur sac à dos, en utilisant des moyens tels que les transports en commun ou le « stop » et en logeant en auberge de jeunesse. Mais les bourgeois plus nantis s’y rendent également et rapportent davantage au tourisme.

Je ne pense pas que s’insurger contre l’idée de supprimer le musée d’Art moderne de la Région puisse être considéré comme du nombrilisme bruxellois. Nous savons tous, depuis des années, que l’un des moyens les plus efficaces de valoriser les patrimoines culturel, touristique et économique des Régions, est de le faire au départ de Bruxelles. Ce n’est donc pas en appauvrissant la Région bruxelloise que l’on va exploiter au mieux les retombées pour la Flandre et la Wallonie. C’est, au contraire, en préservant le patrimoine bruxellois et en maintenant ses qualités culturelles et artistiques, que l’on valorisera davantage encore le patrimoine et les qualités artistiques des deux autres Régions.

Je sais que la compétence touche au domaine fédéral, que le gouvernement régional ne peut prendre seul de décisions en la matière et qu’en outre, le fédéral se retranche, à tort ou à raison, derrière la notion d' »autonomie de gestion » (je suppose, à ce propos, que ce personnage est soumis à mandat et qu’il serait possible de le limoger), mais cette situation n’est pas acceptable. À mon avis, il faut réagir. Encore une fois, il ne s’agit nullement d’une démarche nombriliste bruxelloise. C’est un bien commun qu’il faut défendre dans l’intérêt de chacun, parce que je ne pense pas que l’on désire devoir chercher où se trouve le musée d’Art moderne lorsque l’on se rend à Bruxelles. Le visiteur s’attend à ce qu’il soit localisé dans la Région, de même qu’il s’attend à rayonner au départ de Bruxelles.

 De heer Charles Picqué, minister-president.- Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest werd niet geraadpleegd over de sluiting van het museum. Dat is jammer, al begrijp ik de logica die de museumdirectie gevolgd heeft.

 (verder in het Frans) N’ayant pas été consultés à ce sujet, nous ne pouvons que conjecturer sur les intentions de la direction du musée d’Art moderne. D’après nos informations, celle-ci aurait considéré, au moment de la dation Gillion, que l’attractivité du musée serait plus simple à optimaliser à partir d’une muséologie fondée sur la fin du siècle, c’est-à-dire l’Art Nouveau et l’Art Déco, qu’en misant sur l’originalité d’un musée d’Art moderne. Elle a donc préféré partir d’un atout, d’un acquis réel, d’une masse de collections qu’il est possible de valoriser, pour dépasser une masse critique qui fera de ce lieu un élément d’attractivité important pour Bruxelles sur le plan culturel. Ce raisonnement est tout à fait compréhensible. Toutefois, si nous avions été consultés, nous aurions pu penser simultanément à un autre lieu pour accueillir les collections d’Art moderne. La qualité de la collection d’Art moderne dont nous disposons et la qualité de ce que nous possédons en termes d’expression de l’art de la fin du 19ème siècle est indéniable.

(poursuivant en néerlandais) De Brusselse regering wordt uitsluitend geraadpleegd als het gaat om de schenking van de familie Gillion-Crowet, die het gewest sinds 2006 beheert. Het beheer van deze collectie werd uitdrukkelijk aan de Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van België toevertrouwd door de overeenkomst van het gewest en de Musea met de familie Gillion-Crowet.

(verder in het Frans) Ceci étant dit, je comprends que, par défaut d’ambition du fédéral, on ait le sentiment d’être en quelque sorte pris en otage. Si j’avais été le directeur, j’aurais agi de la même manière. L’extension du musée « Fin de siècle » n’est pas un mauvais projet et, en plus, il force d’une certaine manière les pouvoirs publics à trouver une formule de remplacement pour le musée d’Art moderne. C’est le signe que le directeur a très envie de donner un rayonnement international à son musée. On peut lui reconnaître cette qualité, mais j’aurais évidemment préféré une concertation préalable.

On me demande souvent si la Région bruxelloise est impliquée dans le rayonnement culturel de la capitale. La réponse me paraît évidente, quand je vois ce que Bruxelles consent, notamment au bénéfice des institutions nationales qui y siègent. Je voudrais rappeler ce que nous faisons pour le musée d’Art moderne, les Beaux-Arts – même quand il s’agit d’interventions financières pour des événements ponctuels -, la promotion touristique à des fins culturelles, etc… Sans oublier le financement par Beliris de travaux qui relèvent de l’autorité fédérale.

En outre, quand on fait une dation à un musée bruxellois, nous sommes privés de recettes, étant donné l’articulation entre les droits de succession et les charges.

(poursuivant en néerlandais) U vraagt welke initiatieven wij genomen hebben voor het nationale en internationale imago van de Kunstberg. Het antwoord staat in het Plan voor de Internationale Ontwikkeling van Brussel. De Kunstberg was een van de bevoorrechte zones van Brussel op cultureel en toeristisch vlak. Het is ook in deze context dat wij het BIP geopend hebben, dat inmiddels het gewestelijke onthaalcentrum geworden is. In dit centrum hebben al meer dan 400 conferenties en evenementen plaatsgevonden. Het BIP onthaalt ook tijdelijke tentoonstellingen. Daarom pleitte ik ervoor dat het BIP niet alleen uit kantoren zou bestaan. Het gewest heeft deelgenomen aan de omvorming van het congrescentrum Square en kent subsidies toe aan de musea voor activiteiten die bijdragen tot het imago van Brussel, denk maar aan het paleis van Keizer Karel, maar ook aan Bozar en de Koninklijke Musea voor Schone Kunsten. Ten slotte neemt het gewest ook deel aan de gesprekken over de ontwikkeling van de wijk, meer bepaald binnen de vzw Kunstberg, die de initiatieven van haar leden overkoepelt.

 (verder in het Frans) Il y a aussi le Projet lumière de la place Royale, repris dans l’accord Beliris en concertation avec l’asbl Mont des Arts. Un plan de réaménagement de la place Royale et de la place des Musées, incluant un Plan Lumière, a également été décidé. Nous planifions des actions dans le cadre de nos compétences.

(poursuivant en néerlandais) Ik heb in de pers gelezen dat de directeur van de Koninklijke Musea het Museum voor Moderne Kunst in een nieuw gebouw wil onderbrengen in Brussel. Het gewest moet uiteraard bij die beslissing betrokken worden. Dit zou evenwel kunnen inhouden dat aan het gewest wordt gevraagd om ook voor de financiering van dit project in te staan.

(verder in het Frans) L’interrogation actuelle porte sur la source de financement, même si on s’installe dans un bâtiment existant. J’ai défendu l’objectif du directeur et non pas la méthode choisie. Il est vrai que la réponse de l’autorité fédérale est un peu légère, quand elle renvoie la question à la gestion des collections. En effet, il s’agit ici d’une véritable stratégie de reconnaissance et de notoriété des musées bruxellois. Nous aurons l’occasion d’en reparler ultérieurement. Nous disposons de pistes intéressantes, mais qui exigeraient dans tous les cas ou l’intervention du gouvernement fédéral, ou un partenariat public-privé, ou une intervention régionale. Toutefois, cette dernière piste soulève le problème du domaine des compétences : si la Région peut financer une exposition située dans une institution fédérale, elle ne peut soutenir financièrement le projet immobilier d’une institution fédérale. Je vous invite à me reposer la question au fur et à mesure de l’avancée des contacts avec l’État fédéral d’une part, et avec le musée d’autre part.

 Mme Sophie Brouhon.- Vous défendez effectivement l’objectif visé, lequel se justifie en termes de gestion des musées royaux fédéraux. Vous évoquez, par ailleurs, la possibilité de reprendre cette collection dans un nouveau bâtiment existant ou à construire, mais tout en étant vigilant à ne pas participer outre mesure au financement, qui relève du fédéral.

Au cas où cela ne se passerait pas, quelle serait la réaction de la Région ? Cherchera-t-elle à replacer l’Art contemporain au cœur de son plan de développement international, dans un souci de marketing ? Considérez-vous cette question comme un élément fondamental de votre politique culturelle, liée à l’image de Bruxelles par exemple ?

Vous dites que nous devrions être associés à la recherche de nouveaux bâtiments, sans pour autant supporter les coûts financiers. Or, nous n’avons déjà pas été associés, et ce de façon particulièrement cavalière, à la première décision. Pouvez-vous apporter quelques précisions sur ce point ?

M. Charles Picqué, ministre-président.- Je n’exclus pas du tout qu’on s’efforce de trouver un moyen de créer une vitrine de l’Art moderne, mais je vais vous résumer ma pensée en matière de city-marketing pour Bruxelles : on peut vivre sur trois ou quatre atouts de notoriété, pas sur dix ou douze.

Si on veut faire de l’Art moderne un des éléments majeurs de la vitrine internationale de Bruxelles, il faut un beau bâtiment, bien adapté, et une collection riche. On peut considérer que l’Art moderne a sa place à Bruxelles par le biais d’une institution muséale, mais si vous me demandez s’il doit être un élément majeur de la reconnaissance culturelle de Bruxelles, je suis plus prudent : nous ne pouvons pas courir tous les lièvres à la fois.

Cela n’exclut pas qu’il soit bien représenté à Bruxelles dans le cadre d’une institution offrant des locaux, un espace et une image adaptés, avec les moyens nécessaires. Ceci dit, tout cela ne relève-t-il pas de la stratégie des propriétaires des collections et des bâtiments des musées à Bruxelles ? Je trouverais assez normal que l’État fédéral nous soumette, en concertation, une réflexion prospective sur le déploiement de ses activités muséales à Bruxelles. La Région ne va pas s’y substituer, à moins qu’on ne lui transfère moyens et compétences. Mais ceci est un autre débat.

Brussels Hoofdstedelijk Gewest/Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale . Zitting/Session 2010-2011 

Commissie Financiën /  Commission Finances. 02/05/2011

VOORLOPIG VERSLAG – Nog niet goedgekeurd door de sprekers. COMPTE RENDU PROVISOIRE – Non encore approuvé par les orateurs.

Publicités

Commentaires fermés sur M. Charles Picqué, ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, répond à une interpellation de Mme Sophie Brouhon

Classé dans Interventions politiques

Les commentaires sont fermés.